03/07/2006 : Comment fait-elle pour les ringardiser ?


Ségolène Royal, réussit pour l’heure, ce que tous ses concurrents rêvent, écraser, pratiquement sans combattre, l’adversité.

Bluffante ! Ségolène Royal, réussira t’elle, ce que François Mitterrand arriva à faire, il y a déjà 25 ans ? c’est à dire, vendre un “autre monde,” avant de vendre une prise du pouvoir ?

Mais si l’idée socialiste, cette autre voie, était un utopique “autre monde” en 1981, elle est encore moins possible, dans la société mondialisée de 2006, alors qu’avons nous à choisir ?

Tout d’abord, c’est la première fois, que l’élu(e) qui sera président de la République en France en 2007, sera le représentant d’une génération qui n’aura pas été en contact direct, un jour, avec l’état de Guerre sur le sol métropolitain.

L’atout particulier, de Ségolène Royal, est sans doute ce qu’elle renie le plus, être une femme. Puisque son discours, et le sens des choses, est justement l’abolition de cette distinction homme-femme.

Du fait de sa soudaine crédibilité présidentielle, elle renvoie dans les cordes, tous ses concurrents, d’abord au sein de son propre camps.
Les autres candidats à l’investiture, se révélant alors, et à leur insu, sous l’image, non pas de mentor politique, mais de l’homme qu’ils véhiculent. De l’homme, en père fouettard, en père paternaliste, ou bien dans le parti adverse, en vrai-faux gendre idéal, celui que l’on évite en fin de banquet, lassé par sa vantardise et son omniprésence.

En plus de mettre en avant la posture, de tous ces hommes, amis et concurrents. Ségolène Royal, met aussi en évidence le rôle des femmes de ces hommes. Passons sur l’image pitoyable de certaines compagnes de ces héros politiques, du genre ; “ la femme qui s’efface pour ne pas nuire à la carrière du mari”, archaïque. Attardons nous un peu, sur le couple Nicolas Cécilia, ( curieusement les médias ne parlent pas de M Sarkozy, et Mme , mais de Nicolas et Cécilia Sarkozy,) Et alors nous est projetée une véritable télé réalité de l’image du couple qui a des problèmes, qui tangue, du mari volage, et de l’épouse qui part sur un coup de tête avec le premier venu. Bien loin de nous identifier à une telle cause, ( le privilégié du système, qui joue sa propre télé réalité, victime de tout le monde bien sûr, mais qui finit par l’emporter, avec chaque jour un “cliché” plus cocasse que le précédent, et un message subliminal, “finalement je suis comme vous.” Ce qui n’est pas pour nous rassurer....

A chaque fois l’image de ces homme politiques, est l’image archaïque du dominant, et son épouse de la dominée, Qui a encore envie de s’identifier à ce schéma ?

En voulant se donner une image moderne, comme Kennedy savait le faire, en jouant avec les médias, il y a 45 ans..... ils donnent plutôt une impression d’être complètement décrochés de l’air du temps.



Mais comment a t’elle fait ? Comment vont ils s’en sortir ?

Le chance de ségolène Royal, est d’avoir un compagnon “en phase” avec elle même, ni subalterne, ni dominant, ni dominé. Elle est dans “l’attitude,” être elle même, contemporaine et ouverte sur le monde ; les autres sont condamnés à jouer la “posture.”
J.A