31/07/2006 : Quarante ans que cela dure...


Permettez moi de me présenter...
... je suis un homme riche, un homme de goût, ....
Voilà longtemps que je rôde,
.... j’ai volé à plus d’un, son âme et sa foi,
j’étais là quand Jésus Christ, douta et souffrit
....Je me suis assuré que Pilate s’en lave les mains
Ravi de vous rencontrer
....J’espère que vous devinez mon nom..
Mais vous aimeriez bien savoir à quel jeu je joue....
( ( Sympathy for the Devil ) © Rolling Stones / Jagger / Richards )

( Une voix Off) Page 34... Nixon examina les corps.../... ;
( Jean-Luc Godard, One + One/1968 )

Nous sommes en 1968. Cinq jeunes gens ( moins de 25 ans de moyenne d’âge, sont dans un studio d’enregistrement londonien, et scrupuleusement, laborieusement, travaillent à l’enregistrement d’une chanson, sous l’objectif lancinant de Jean-Luc Godard. Jean Luc Godard qui ne s’en tient pas là, entrecoupe les séances d’enregistrement, de sketches, mettant en scène les Black Panthers, groupuscule révolutionnaire, et prophétique, dénonçant la discrimination raciale, le tout corsé par la lecture en voix off, par JLG lui même, d’un roman policier, dont les noms des belligérants sont remplacés par des personnalités du moment : De Gaulle, Kossyguine, Brejnev, Kennedy, Marilyne, Kissinger deviennent des acteurs d’un polar de série Z

C'est une dénonciation de la récupération, du détournement, “ dans le texte” d’une pensée, ( n’importe qui peut alors s’approprier l’essence d’une pensée en sachant, subtilement, et subrepticement, remplacer quelques mots, là ou il faut, semble dire JLG.)

Retour à l’enregistrement de nos petits rockers, ... qui semblent bien inoffensifs...... One + One, c’est la dénonciation du détournement des forces, des énergies au profit d’une minorité dominante. La redistribution de la revendication, qui est ainsi aseptisée et neutralisée.... ces mêmes petits rockers qui récupèrent et neutralisent l’énergie des black Panthers, étant , eux mêmes, aussitôt catalogués de drogués, et d’alcooliques. L’ordre moral peut dormir tranquille, tout est bien qui finit bien..

Il reste un tube, un des tubes des Stones qui traverse le temps, et les générations. Un tube ou tout le monde se retrouve. Tant pis si il ne reste plus rien du sens et du climat de l’époque qui le vit naître.

Magie des Stones, qui incarnèrent le mal, le diable, ici le rock..., mais qui surent toujours retourner ce qui était sensé les détruire, et finalement ce sont tous les autres... qui sont morts.... et eux sont encore vivants, près de quarante ans après.

Diaboliques ces pierres qui roulent pour elles mêmes, non ?

Les Stones étaient en concert ce 28 juillet 2006 au stade de France, et c’était un beau concert, un de ceux ou vous ressortez heureux.


Le DVD : One + One de Jean Luc Godard ( 1968 )
Avec les Rolling Stones, les Black panthers, et Anne Wiazemsky ( http://fr.wikipedia.org/wiki/Anne_Wiazemsky)
Commander le DVD chez Amazon.fr
http://www.amazon.fr/exec/obidos/ASIN/B000EZ7UJA/archicool