17/12/2006 : Picasso était-il machiste ?


Venise : Envoyé spécial. Le Palazzo Grassi sous la fine pluie de décembre, expose jusqu’au 31 mars 2007, une partie des oeuvres réalisées au sortir de la seconde guerre mondiale par Pablo Picasso, qui vient alors de s’installer sur la cote d’Azur, avec une nouvelle compagne ; Françoise Gilot.

A coté des oeuvres, issues du musée d’Antibes, et de collections privées, dont celles de la famille de Picasso, l’exposition fait appel aux photographies de Michel Sima, témoin et relation de Picasso, qui présente un Picasso zen et modeste, dans une démarche ascétique soustractive recherchant l’essentiel, en éliminant au fur et à mesure ce qui ne fait pas sens. La série des taureaux est impressionnante dans la continuité d’une démarche, d’une méthode, que rien ne semble pouvoir arrêter jusqu’à la réduction qui semble faire sienne le célèbre “moins égal plus.”

De cette implacable recherche du sens, et avec l’habituel et toujours étonnante sûreté du trait, chaque tableau, dessin, poterie semblant avoir émané d’un seul jet, sans repentir. L’évidence est telle, qu’elle est sans doute le résultat d’une intense réflexion et non du hasard du trait. On en vient alors à se demander si Picasso aimait vraiment les femmes, à cette époque, pour les représenter, les réduire, à de plantureuses poitrines, surmontées d’un poichiche en guise de tête, à l’inverse de ses faunes, par exemple.

Le site
Exposition : “Picasso, la joie de vivre, 1945-1948”
Palazzo Grassi, Venise, jusqu'au 11 mars 2007
http://www.palazzograssi.it