19/02/2007 : Compagnies d’assurance qui n’assurent pas, et majors du BTP qui doublent l’addition à la première innovation venue. L’architecture est-elle confrontée en France à un déni ?


L’ingénierie française de la construction traverse-t-elle une grave crise de confiance ?
Minée par de récents et spectaculaires déboires, comme l’effondrement, au repos, de travées du nouveau terminal 2E, de l’aérogare de Roissy Charles de Gaulle, le dimanche 23 mai 2004 à 6h57), ( http://www.equipement.gouv.fr/article.php3?id_article=710)
Le rejet du projet du Mariinsky 2, à saint Petersbourg, ou encore l’arrêt du chantier de l’Opéra de Pékin par Paul Andreu, sans parler des déboires de Jean Nouvel avec son assureur ( AXA), ou du refus du concessionnaire ( SUEZ) de s’engager pour le projet de tour au Havre, multipliant par 2,36 l’estimation initiale du projet,
ce qui revient à remettre en cause le projet, et à se poser une question de confiance; ou est l’erreur ?

Parce que, quoi que l’on en dise, la construction à des coûts mesurables qui ne relèvent pas de l’ésotérisme. Ni l’épaisseur du trait, ni l’augmentation du prix de l’acier, ne saurait expliquer un tel différentiel d’appréciation pour un pylône de 100 m de haut portant deux plates-formes ( recevant du public).

Vision à court terme, d’une Société à bout de souffle qui ne veut plus innover, mais se contente d’un repli sur soi même ? entreprises refusant de relever des challenges ?

L’hypocrisie est à son comble, lorsque Unibail va chercher un architecte américain pour son “phare” de la Défense, François Pinault un Japonais pour sa fondation, Bernard Arnault un autre américain pour son autre fondation, que Toyo Ito est attendu pour faire un très beau toit au supermarché des Halles, et Zaha Hadid un auditorium de gala à la Villette, sans oublier le candidat Nicolas Sarkozy posant récemment devant le viaduc de Millau, en vantant le génie français de cette grande réalisation, dont le design est l’oeuvre de Sir Norman Foster.

Pourtant une guerre économique est en train de se jouer, visible à la dernière biennale de Venise d’ailleurs; l’ingénierie anglo- saxonne rayonne de son savoir faire, de son audace, de sa performance, de son ingéniosité, bref de sa réussite. Il suffit , par exemple, de voir la structure cantilever de la Londoneye ( Londres 1999), innovante dans la moindre de ses pièces la constituant, pour mesurer le retard, et le décrochage français. Les architectes, et l’ingénierie, en France semblant devoir se confiner à dessiner des hangars, certes endimanchés, mais sans le sou, sans moyens, déconnectés des mouvements des idées vantant la liberté formelle et la maîtrise technologique à couper le souffle, la sophistication exportatrice d’un réel savoir faire.

Pourtant exporter de l’architecture ce n’est pas plus bête que d’exporter des missiles, ou des armes de guerre, en fait c’est la même chose. Un pays développé ne peut plus prétendre aujourd'hui exporter ses moulins à café, mais se doit d’être capable d’exporter son expertise, son intelligence et sa maturité. L’Occident ne vend plus sa production de masse, mais son savoir faire, son savoir imaginer.

Aujourd’hui les sociétés informatiques américaines, comme Apple, ne font pas autre chose. Aux pays asiatiques la production industrielle à moindre coût, à la maison mère la définition du concept, générateur de brevets, et de l’intelligence du produit capable de porter une vision d’un avenir.... désirable, et incontournable. Apple vend le désir d’Amérique mieux que la diplomatie US.

La situation de l’architecture en France, est à comparer, avec la piètre performance du BTP Français, qui est un géant de par son captif marché intérieur, mais un petit exportateur mondial.
Jérôme Auzolle

Liens en relation :

15 février 2005 - Accident du terminal 2E
conclusions de la commission administrative présidée par Jean BERTHIER, président du comité génie civil du Conseil National des Ingénieurs et Scientifiques de France
http://www.equipement.gouv.fr/article.php3?id_article=710

Tour Nouvel au Havre: la ville rejette une offre de Suez jugée trop coûteuse 13/02/2007
http://www.archicool.com/cgi-bin/presse/pg-newspro.cgi?id_news=2759

Travaux du Mariinski : la Russie a rompu le contrat avec Dominique Perrault 27/01/2007
http://www.archicool.com/cgi-bin/presse/pg-newspro.cgi?id_news=2685

Le succès paradoxal du B.T.P Français. 22/02/2006
http://www.archicool.com/cgi-bin/presse/pg-newspro.cgi?id_news=1488