Log in
 
M.A.J le: 27, Aoû, 2014 14:15 PM +02:00
A+ A A-

Djamel Klouche et Patrick Bouchain ont un point commun, celui du récit !

  • 0

Idée sympathique que celle de vouloir désinhiber le grand public en lui facilitant l’accès online aux “plans d’architecte“ pour édifier leur (future) maison. Internet est un outil multimodal, façon porte-avions ou se croisent tout les possibles. Cela marche pour les rencontres, pour le réseautage, pour la vente d’objets (Ebay, Le Bon coin,) pour l’immobilier,  pourquoi pas pour le produit “plan d’architecte“ ?  

 

Cependant la limite à l’exercice se perçoit rapidement à la contemplation des projets (la plupart en images de synthèse,) présentés sur le site. Parce que à la vue des surfaces annoncées (entre 200 et 300m2) pour la plupart;  seul un public suffisamment fortuné, et disposant déjà d’un cercle social lui permettant de trouver facilement un architecte et de se confier à lui, semblerait pouvoir être réellement intéressé, mais étant suffisamment éduqué pour feuilleter des revues spécialisées, on ne voit pas très bien quel pourrait être alors l’apport d’un tel site.  

 

Or cette demande, marginale,  ne correspond pas à celle du marché de la maison individuelle, financièrement contrainte, et qui plus est, s’édifiant généralement dans des lotissements aux règlements d’urbanisme sévères et aux parcelles étriquées.

 

Enfin, l’architecture par définition ce n’est pas un “plan“ de type cellule d’appartement, mais bien la prise en considération des autres dimensions du projet, les dimensions invisibles, qui en font une réponse unique à un contexte unique. 

 

Vendre du “plan d’architecte“ est cependant une tentative de rendre les architectes sensibles au consumérisme (C’est à dire capable d’imaginer des réponses à une attente à la fois commune et particulière de consommateurs,) ce qui serait assez inédit pour une profession qui ne sait pas s’aventurer sur le terrain du “produit“  a trop avoir voulu se draper dans “l’oeuvre“.

 

Lien vers le site ; www.archionline.com

  • 0

Rudy Ricciotti, Jacques Ferrier, Nicolas Michelin ont un point commun;  Ils se sont formatés pour être “french-compatible“. Terriblement standards et franco-français.

  • 0

Pour l'heure la tentation est grande de nier la réalité.  Une pratique permise par la non diffusion publique des transactions immobilières sous le couvert de confidentialité et de vie privée.  Cela ressemble à un mensonge par occultation !  Comme le marché est “bloqué“ par l’absence de demande, il y a peu de ventes, jugées insuffisantes pour modifier les indices. Qui sont ainsi artificiellement “sauvés“ par les seules mutations à titre gratuit ou les évaluations des successions pour le calcul des droits.  Même les annonces dans les vitrines des agences immobilières jouent le sur place, mais la réalité est toute autre.  Il n'y a plus d'acheteurs aux prix demandés.  La décote peut aller de 30 à 50%,  et même à ce tarif,  personne ne se presse pour acquérir des gouffres énergétiques et de tracas permanents. Les vendeurs restent avec leurs biens immobilier sur les bras, et font autant d’acheteurs potentiels en moins.. Il n' y a tout simplement plus d'argent parmi les acheteurs et les générations en âge d’acheter. A cela s’ajoute la disparition progressive d’une classe d’âge devenue propriétaire dans le courant des années 60, à une époque ou l’immobilier ne valait rien, et surtout ne s’entretenait pas, .. et, en parallèle, dans les niches de l’immobilier de luxe;  qui, elle, est victime de la fuite à l’étranger de ses fortunés habituels propriétaires. Jamais il n’y a eu autant de demeures de maître et autres “Belles demeures“ à vendre ( Voir bellespierres.com ).  Si dans les grandes villes, la demande étrangère aisée peu un temps compenser l’effondrement de la solvabilité de la demande française. C’est bien un retournement profond qui s’opère. La “Valeur Pierre“ n’en a plus tant que cela. 

 

Désindustrialisation + Non renouvellement des générations : La hantise de régions entières !

Des villes et des villages entiers sont à vendre, loin de tout, nécessitant des frais de remise aux normes dignes d'une construction neuve, et l'achat d'un véhicule par occupant, le tout dans des régions mal desservies en transports et en infrastructures.  Qui sera volontaire dans un pays aussi surtaxé et instable ?

 

Il suffit de s'offrir un tour de France sur les sites d'immobilier comme seloger.com pour constater l'étendue des pertes, et le nombre de biens à la baisse.  Les régions les plus  reculées  s'approchent même de biens en valeur négative. La Pierre n'est plus rien, la fin d'un mythe très français.   Cette obsolescence, longtemps niée, et la paupérisation progressive des jeunes générations, (qui vend en urgence les biens reçus en héritage pour en payer les droits de succession, accélérant ainsi la décote du marché,) et qui se double même de la fuite… des étrangers venus s’installer en France dans le tournant des années 80, qui eux mêmes voient leur conditions de vie se contracter. Les anglais en savent quelque chose, eux qui firent le bonheur de certaines régions bénéficiant de micro-climats bénéfiques.

 

 

Dans la Presse à ce sujet

 

Les chiffres de l'immobilier... très éloignés de la réalité du marché

http://votreargent.lexpress.fr/immobilier/les-chiffres-de-l-immobilier-tres-eloignes-de-la-realite-du-marche_369793.html#dqrs1uzlU7OyDx6f.99

 

Marché immobilier : même les chiffres des notaires sont curieux !

http://votreargent.lexpress.fr/immobilier/marche-immobilier-meme-les-chiffres-des-notaires-sont-curieux_370920.html#ZtJqDsYRrPpiVZag.99

 

Envoyé Spécial - Carnet de voyages du 10 juillet 2014
La grande braderie des résidences secondaires  [Vidéo]

http://www.france2.fr/emissions/envoye-special/diffusions/10-07-2014_250111

  • 1

Frank Gehry et Zaha Hadid ont un point commun; Celui de refaire le même projet issu d’un monde intérieur qui leur est propre, et cela depuis 30 ans.  Rare persévérance, rare capacité à imposer une obsession individuelle…… en oeuvres sublimes.

  • 0

Déjà un milliard d’euros …   deux ans avant la fin des travaux. Cela fait cher le toit de supermarché et la pose d’extincteurs et d’extracteurs au dessus de vulgaires voies ferrées !  Le montant, astronomique, pour une opération commerciale habilement noyée dans un chantier RATP-SNCF de sécurisation reste incompréhensible et gesticulatoire à l’échelle d’une ville, il est vrai obsédée par la perte de ses atours jusqu’à se couvrir d’une multitude de prothèses aussi inutiles que grotesques. 

 

La “Canopée“ est un placebo …  à l’inefficience d’une Société !

 

Anne Hidalgo récite mieux qu’elle ne professe !  et brille davantage dans la pensée magique que les toits magiques promis initialement dans cette opération.  Le choix des architectes, imposé et peu transparent, n’est que l’opercule d’une réalité ou brille l’incompétence à tous les étages. les arrangements politiques, et les cadeaux faits aux uns et aux autres. Paris a démissionné, Paris n’est plus maître du jeu urbain, son job étant seulement de faciliter la captation par le Privé (ami) des mannes municipales.

 

Le faire semblant est le véritable style latin des premières décades du XXIe siècle à Paris, mais la finalité financière ;  “Ou est passé l’argent ?“  restera à assumer.

  • 0

(Introduction lire ici) Dominique Perrault et Stéphane Maupin ont un point commun. Un entêtement rare capable de distordre la réalité.

  • 0

Douze !  C’est le chiffre magique inavoué… C’est trois de moins que le rapport Balladur ( 5 mars 2009,) sur le redécoupage des régions françaises.  Parce que 70 millions d’habitants /12  cela permet d’imaginer des bassins d’activités autour de 4 à 10 millions de résidents.  C’est l’échelle pour animer et faire vivre une zone aéroportuaire ouverte sur le monde, un CHU de niveau international, et des centres universitaires dignes de tenir leur rang. C’est l’échelle suffisante pour porter des projets d’infrastructures et de péréquation des richesses.

 

Après un premier jet avec une carte à 14 régions… biscornues, et un prévisible rejet par le Sénat qui prouve ainsi sa légitimité, c’est immédiatement une nouvelle carte, améliorée avec .. 13 régions.  En fait Douze vraies régions, et une non région ; la région Centre, isolée et dont personne ne sait très bien ce qui s’y passe;  pas un seul aéroport ouvert aux lignes aériennes régulières……  Pas de TGV. Un élu de la Région Centre ne décolère pas ! “Ce qui fait aujourd’hui les régions et relient les départements ; se sont les grands projets structurants… Nous la région Centre ; c’est le TGV et le projet POCL“ (Paris-Orléans-Clermont-Ferrand-Lyon,) [ Initialement voulue pour doubler la ligne Paris-Lyon_Marseille aujourd’hui saturée à certains moments, mais repoussée aux calendes grecques.]  ; “ POCL ; C’est la région Centre Le Limousin et l’Auvergne,“  

 

Entretemps la région Auvergne tourne ses regards vers Rhône-Alpes, comprenant qu’il sera plus rapide d’obtenir une amélioration de sa desserte ferroviaire Clermont-Lyon, et profitera de la richesse de la région Alpine, et Le Limousin vers l’Aquitaine.

 

Infrastructures structurantes… Voici une clé qui permet de comprendre ce qui se passe dans une autre région, la bataille entre la Loire Atlantique (pilotée par Jean-Marc Ayrault,) qui voudrait être raccrochée à la Bretagne, mais dont la Bretagne de Jean-Yves Le Drian ne veut pas. Et pour cause la multiplication des aéroports… c’est trop pour une seule région, et la Bretagne ne veut pas abandonner à Notre Dame des Landes sa plateforme aéroportuaire d’envergure internationale.  Jean-Marc Ayrault lui a besoin de la Bretagne pour asseoir son projet qui lui tient tant à coeur et qui l’a pour l’instant rendu si encombrant comme premier ministre… 

 

Daniel Percheron ne dit pas autre chose dans le Nord pour recaler le mariage avec la Picardie en soulignant que les projets d’infrastructures du Nord ne mobilisent pas vraiment les picards.

 

Une autre façon de visualiser les régions réelles, est de consulter les cartes .. des dessertes aériennes de chaque compagnies.  Que ce soit Easy Jet ou Air France, la visibilité du territoire est surtout périphérique et le plus loin possible de Paris à cause de la concurrence du TGV.  Mais si une région est trop près de Paris pour ne pas disposer ni d’aéroport ni  de lignes TGV ?  c’est le désert assuré. Les régions se devant d’être attractives aux investissements et à l’emploi.. le compte est vite fait.

 
  • 0

Versailles !  Juillet 2014.  Le Solar Decathlon s’installe sur les friches versaillaises à une portée de navette gratuite du château de Versailles.  Temps maussade, pluie, pluie et pluie.  Les éléments célestes ne firent pas de fleurs aux organisateurs de l’édition française de cette manifestation lancée en 2002 aux USA avec l’idée originelle de démontrer que la technologie pouvait résoudre les problèmes environnementaux.  Depuis les panneaux solaires se font plus discrets, et la débrouille, et parfois le sévère bricolage, semble être des solutions toutes aussi efficaces.

 

Finalement c’est le prototype “ Rhome for densité“ (Italie) qui remporte la première place à moins d’un point du projet nantais de l’équipe Phileas; “Atlantic Challenge“ lui même devant le projet néerlandais “The Skin“ qui se caractérisait par l’idée de rajouter une sur-toiture et sur-façade-serre formant un “bouclier thermique“ aux maisons individuelles construites en grand nombre au pays dans les années 60-70 et dépourvues de la moindre isolation.

 

Remarquable également le projet taïwanais, encadré par… une jeune urbaniste française, Aurélie Dulau, qui explique s’être retrouvée engagée dans cette aventure un peu par hasard, un de ses salariés, d’origine taïwanaise, cheville ouvrière du team taïwanais était à la recherche d’un “correspondant“ français.  C’est un habille pavillon, débarqué en containers du port du Havre, doté de beaucoup de bon sens, dont un mur d’orchidées comme…. humidificateur, et d’astucieux systèmes d’occultations très simples jouant sur la simple dilatation de ressort à la chaleur pour activer une circulation naturelle d’air.  Il en ressortait un des pavillons en dehors de la seule performance climatique qui générait un réel sentiment … de bien être.

 

Espagnole et auberge, l’équipe espagnole était fidèle à sa réputation, Le Costa Rica mettait en avant son artisanat du bois, les allemands à raison d’un prix annoncé de 500 000 $,  leur art de la structure tendue façon blob.  

Une fausse note, le second team français de la très ambitieuse ENSA Paris Malaquais, (dirigée par Nasrine Seraji,)  finit bon dernier, à sa décharge de sacrés problèmes de communication entre l’équipe. Et une réalisation en catastrophe d’un objet très formel plus que maîtrisé.. qui sera fermé pour raison de sécurité.

 

Outre l’esprit d’équipe, et le travail collectif,  c’est bien le dialogue entre étudiants, et ingénierie intelligente qui prime un résultat “consécrable“ dans ce genre de manifestation.  L’ENSA Paris-Malaquais peut se poser des questions. D’autant que c’est tout de même beaucoup d’argent investi dans ces projets, même si c’est celui des industriels…

 


 




 

  • 0

Série de l’été 2014 :  Démiurge vs DATA

 

Objet : Imaginer la mise en parallèle de treize “couples“ de personnalités de l’architecture (françaises et étrangères, suffisamment identifiables par tous,) emblématiques de leur génération et tenter de déceler les failles de la pratique d’une profession, aujourd’hui menacée, par rapport à un “mètre étalon.“ (Qui pourrait phonétiquement s’entendre comme “Maître étalon.“ (Lire ici)

 

A tout seigneur tout honneur : Commençons cette série par les deux seuls Pritzker Prize français.  Tout les oppose et tout les rassemble. Eduqués dans la tradition ;  tous des deux des parents au service de la France. Tous les deux cependant suffisamment entêtés pour dévier des chemins trop tracés. Tous les deux contre vents et marées se forgeront d’eux mêmes des oeuvres originales et entières. Mais là s’arrêtent les ressemblances ! L’un s’habille en blanc l’autre en noir, l’un est Réfléchi et concentré l’autre est physique et extraverti.

 

Christian de Portzamparc pourrait être apothicaire, pas un pharmacien, (trop industriel, trop commerçant  et formaté) mais un apothicaire, celui qui assemblait à la limite de l’alchimie de façon imprévisible dans le secret de son officine des poudres de perlimpinpin sagement conservées dans de raffinés pots à pharmacie soigneusement alignés sur de hautes étagères. Il y a quelque chose de secret dans sa pratique, de précieux, et de sorcier tout en se référant à la plus grande académie. Secret et sorcier vont très bien ensemble, et l’efficacité de cette alchimie repose autant sur l’aura que sur sa réelle efficacité.  Un peu chimiste, Un peu épicier, un peu mathématicien, et surtout un grand narrateur telle est la définition parfaite de l’apothicaire. Art de la préparation individualisée … Aujourd’hui on commande directement sur internet.

 

Jean Nouvel pourrait être un Carrossier ;  De par sa façon physique de prendre à bras le corps le monde qui l’entoure, de le marteler et de le ciseler, comme un carrossier est capable à la fois de la plus grande force physique pour tordre et découper l’acier, et pour le ciseler le plus finement en se détachant des contingences réelles sur lesquelles s’accroche son oeuvre jusqu’à atteindre, parfois, le sublime. 

Bien au delà de la seule maîtrise d’un art manufacturier; un carrossier c’est l’art de l’emboutissage marié à l’art du polissage ou se reflétera d’improbables destination.  Mais en fait l’aura réel d’une belle mécanique c’est son moteur plus que sa splendide carrosserie.

  • 0