Log in
 
M.A.J le: 1, Sep, 2014 15:07 PM +02:00
A+ A A-

La commission culture de l’Assemblée a souhaité établir un rapport d’information sur la création architecture. Sa présidence a été confiée en décembre 2013 au député M Patrick Bloche. et le résultat de ses travaux fut présenté le mercredi 2 juillet 2014 en un peu moins de 90 minutes.

 

Ce que l’on peut en retenir.


ENSEIGNEMENT DE L’ARCHITECTURE

  • Prolongation de la durée de la H.M.N.O.P
  • Refonte de la localisation des écoles d’architecture (ENSA):   “Les ENSA il y en a un peu partout mais pas partout“.

 

CONCOURS

  • Aménagement de la règle de l’anonymat ou “levée partiel“
  • Ouverture de l’accès aux équipes disposant de peu de références.

 

P.P.P : Limiter à des cas exceptionnels de commande publique.   L’architecte doit reprendre sa place. Retour à l’ordonnance de 2004

 

C.A.U.E : Renforcement des CAUE au delà du simple conseil.

 

NORMES et REGLEMENTATIONS

- Les superpositions  de normes étouffent la création architecturale; “ On construit le même T3 du nord au sud de la France.“  

- “Faire le Pari de l’intelligence

Créer des zones franches architecturales (Aux contraintes règlementaires allégées.) Ce qui correspond à une déréglementation pure et simple, mais le président de la mission d’information ;  Patrick Bloche, s’est bien gardé d’en préciser les localisations et les mises en pratique.


HANDICAP et PMR :  - “ favoriser la valeur d’usage

 

En tout le rapport d’information se compose de 36 propositions.


 

Résumé de la présentation du 2 juillet 2014

 

Après une brève présentation synthétique, chaque groupe parlementaire, le demandant,  pouvait réagir ou prendre la parole.

 

 

M Pierre Léautey ( Groupe P.S)  : “Une profession qui souffre qui est malade“ ../… “ C’est à la profession de s’organiser.“  

Appuyant l’idée de favoriser le coût global du projet, se référant à la proposition 28 se proposant de passer d’une obligation de moyens à une obligations de résultat. Enfin le député PS insista sur l’accès aux concours pour les équipes les moins référencées.

 

Mme Dominique Nachury ( Groupe UMP); rappela le travail fait par la mission d’information ( 50 heures d’auditions, 61 architectes consultés, des déplacements en Loire Atlantique et à Rotterdam,) et insista sur la nécessité de provoquer un “désir d’architecture“,  constatant elle aussi la perte du périmètre d’activité des architectes en France et l’excès du normatif mais soulignant alors ; “Quid du PLU ? “.  

Rebondissant sur le voeu de favoriser la “qualité architecturale avérée“ elle interrogea ; “ Qui en juge ?“

 

Rappelant la Loi “Patrimoine 2015“, prévue en 2015 qui devrait prolonger ces travaux de réflexion et soulignant l’importance de la Rénovation dans la formation et l’activité des architectes.

 

M Rudy Salles (Groupe UDI) ;  s’interrogea sur les Zones franches architecturales, leurs critères et les méthodes pour impliquer les acteurs locaux.  Il proposa de recourir au crowfunding ( appel aux dons via internet) pour mobiliser l’intérêt privé autour de la qualité architecturale dans chaque projet. ( NDLR : Ce qui reviendrait à privatiser l’au delà de ce qui est demandé… par la règlementation.) Enfin il appela de ses voeux une “stratégie nationale de la commande Publique.“

 

Mme Barbara Pompili ( Groupe écologiste,)  S’inquiéta d’un coté de la préconisation d’une simplification des normes, face aux exigences liées aux handicaps, et à l’intégration d’une partie de la population, en souffrant, dans la Ville, et conclut que ;  “ l’architecture est un acte politique.“

 

Puis vinrent les “Questions des députés“.  

Mme Sophie Dessus Insista pour “Libérer l’architecture de l’empilement des normes.

 

M Patrick Hetzel;  interrogea sur la proposition N° 8 qui vise à rééquilibrer la répartition des ENSA sur le territoire national, et le contenu de la formation des architectes qui, selon lui, en France, ne dispense pas la dimension économique et managériale,  remarquant également, en tant qu’acteur local,  de “la vision restrictive des ABF

 

M Pascal Deguilhem (élu de Dordogne,) Interrogea sur les propositions 22 et 23  propres aux CAUE et à l’équilibre à trouver entre architecture locale, petit patrimoine et création architecturale.

 

Benoist Apparu, Interrogea sur la tutelle ministérielle,  et le surcoût que représenterait la réduction du seuil de recours à un architecte de 170 à 150m2 pour les clients d’ouvrages de type maison individuelle au budget déjà contraint.

 

Il souligna la proposition N° 28 qui se propose de passer d’un urbanisme de Normes à un urbanisme  d’objectif, idée assez ancienne selon lui, mais  attire l’attention sur la réaction des Tribunaux en cas de litige, n’ayant plus les textes des normes comme référent, et craignant alors un urbanisme finalement dicté au bon vouloir de l’autorité judiciaire.

 

Il souligna la proposition 30 : Passer d’une réglementation de gabarit et de densité (ex COS,)  à une réglementation en M3

 

Et approuva la proposition N° 33 qui propose de relancer l’expérimentation ( REX)

 

Mme Marie-Odile Bouillé, s’inquiéta du coût des architectes sur les budgets des plus fragiles dans le cas de l’abaissement du seuil de recours obligatoire aux architectes.

 

Mme Martine Faure retint la proposition N° 5  visant à favoriser l’engagement d’actions  à la sensibilisation architecturales auprès des élèves.

 

M Yves Daniel : Opposa quantité d’hier à qualité attendue d’aujourd’hui

 

Mme Sandrine Doucet ; Interrogea sur l’intégration de la Loi Paysage qui a 20 ans, et souligna l’absence de lien entre architecture et paysage. “ Urbanisme on sait faire ! mais dès qu’il s’agit de paysage…

 

Puis vint la réponse du  président de la mission d’information ; M Patrick Bloche

  • 0

De Christian de Portzamparc à Nicolas Sarkozy, curieuse mise en parallèle. De la Samaritaine à la mise en examen d’un ancien président de la République on assiste dorénavant à chaque décision défavorable à une entité particulière privée, à un déferlement médiatique public bafouant la factualité des faits contre une posture narrative visant, comme un écran de fumée, à détourner la libre appréciation réel d’un fait par tout un chacun.

 

A chaque fois, le point commun, est une décision de Justice, (dernier rempart aujourd’hui en France.) forcément défavorable, mais pas définitive puisque, (en France en tout cas,) sujette à appel ou recours, mais entachante de déshonneur.  A chaque fois la réponse cinglante “d’amis“  influents concerne le dépassement supposé des droits d’un juge (qui serait réduit à un être humain en feignant d’ignorer tous les processus qui définissent le fonctionnement de la Justice,) en oubliant son rôle exact (une décision, résultante de la lecture de la loi écrite par des législateurs,) pour ne retenir que son incompétence supposée ou sa partialité, sans rien connaître au dossier. Le tout aimablement relayée par l’ensemble des médias et amis qui voient surtout, eux, l’occasion d’un buzz stimulateur d’audience aussi vite oubliée mais dévastateur en terme de crédibilité de ces mêmes médias.

 

Pour la Samaritaine la décision du tribunal administratif, (jugeant non conforme un permis de construire, par rapport aux écrits du Plan Local d’Urbanisme parisien, texte écrit, débattu, voté par les élus parisiens,) est niée au motif que le juge outrepasserait ses droits en interférant sur le domaine de la liberté de création des architectes. La liberté de création d’un art appliqué s’opposant au résultat attendu et défini par le cadre juridique dans lequel elle s’insère en opposition à la liberté (elle totale,) d’un simple artiste.

 

Aussitôt un Pritzker Prize (mais français,) Christian de Portzamparc,  qui n’est pas partie prenante directement de l’affaire au delà d’avoir eu comme client le même commanditaire, ainsi qu’une association privée dénommée Académie d’Architecture, plus quelques personnalités isolées qui en profitent pour se faire voir; interviennent façon veuves outragées, niant au passage la réalité du débat ouvert par cette décision ; le déplacement du domaine d’intervention de l’architecte au delà d’un simple faiseur d’images à un synthétiseur de textes techniques juridiques administratifs complexes.  L’architecture aujourd’hui est une réponse précise à une problématique complexe et non plus une performance gratuite à la gloire infinie de son (toujours) puissant commanditaire.

 

Pour Nicolas Sarkozy, c’est carrément le brouillage complet de la réalité des faits, une affaire instruite selon les codes juridiques en vigueur par des professionnels expérimentés, et sans que personne, en dehors de l’instruction,  ne connaisse le contenu exact du dossier, donc des éléments à charge et à décharge…, qui va venir brouiller la réalité, et la liberté à chacun à se faire une opinion, au profit d’une émotion artificiellement créée d’un outrage et d’une victimisation. 

 

A chaque fois un clan prend le pouvoir médiatique au détriment de la réalité démocratique en train de s’écrire.  Ou comment le mensonge prétend gouverner en France au mépris de la démocratie.

 
  • 0

En perte de vitesse, dépressif selon certains, Jérôme Olivier Delb, n’en finit pas de nous faire rire, histoire triste d’une étoile filante n’ayant jamais brillé … sans même laisser de traces.

 

Jeune diplômé architecte DE, Jérôme Olivier Delb s’est confronté à la réalité d’une profession qui ne repose pas seulement sur le bluff perpétuel autour de la machine à café,  mais la capacité à tenir une course de fond. 

Imbu, à la limite de la vanité, il ne pourra supporter cette inexistence complète, alors il recourt à l’emprunt des idées des autres ;  “L’abeille et l’architecte“ (François Mitterrand,) Le questionnaire de Bernard Pivot, l’abécédaire de l’architecture façon graffitis anonymes et sans oublier les “Gérard de l’architecture“ copiés des “Gérard du Cinéma“, transformés en parpaings de l’architecture eux mêmes la copie des parpaings de la télévision. A ce niveau, l’étude psychologique est assez facile; Jérôme Olivier Delb est confronté à un mur infranchissable pour lui, le mur de la capacité à être réellement un créatif et assumer, devant tout le monde, sa création inédite. Ce complexe le rend particulièrement fragile devant l’échec, et jaloux … de tous ceux qui eux curieusement ont été capables de 1°) faire oeuvre de création originale, 2°) L’assumer, 3°) Et en porter le fardeau.

 

C’est typiquement français, c’est typiquement le résultat d’un système éducatif qui va fabriquer des complexés plus que des gens heureux.  C’est aussi typiquement français de fabriquer une génération qui va systématiquement se vivre en échec par rapport aux autres. Parce que Jérôme Olivier Delb n’existe pas par rapport à lui même, il ne se fait pas connaître par rapport à ses propres créations, mais seulement en colportant et jouant les censeurs, les commissaires du peuple, il se hisse, avec un réel don d’agrégation autour de lui,  de ses semblables  encore plus complexés, comme les;  Olivier Leclercq, Jacques-Frank Degioanni, ou d’autres qu’il suffit de retrouver sur Twitter (L’arme absolue des lâches anonymes dont la pensée sociale se résume à moins de 140 caractères.)

 

En soi ils ne sont pas gênants, parce que assez inoffensifs et totalement incapables de prendre la place de qui que ce soit, mais que d’énergies gâchées.

  • 0

The proposed Guggenheim Helsinki will be an innovative, multidisciplinary museum of art and design. It should be of the highest architectural quality, creating a meaningful presence in Helsinki and offering civic space where both residents and visitors can gather. A prominent site has been reserved for the building at the symbolic gateway to the city from the sea, and close to the historic center. The wider Eteläsatama area forms a significant regeneration zone.

A decision on whether to proceed with the construction and development of the museum is expected to be brought to the City of Helsinki and the State of Finland for consideration following the conclusion of the competition and the public announcement of the winning design.

  • 0

Selon la Presse ;  “C’est parmi les dix meilleurs spots à Paris pour regarder et partager les matchs de l’équipe de France à la coupe du monde de football;“ déclare Julien Pansu, responsable de la communication au pavillon de l’Arsenal (Paris),   retransmis en direct sur les écrans des supports de l’espace d’exposition et dans la salle de cinéma, le site du pavillon de l’Arsenal profitant de son exposition sur le sport a opportunément branchés ses écrans sur les retransmissions de certains matchs et convié un food truck à venir rassasier un public, jeune,  connaissant bien l’hymne national. Ambiance assurée… sauf en l’absence de but … 0-0  ce 25 juin 2014 contre l’Equateur.

 

Entrée libre les soirs de match de l’équipe de France, et quelque soit les équipes, pour le match de la finale.  

 

Pour vous entrainer en vous rasant, L’hymne national. Vidéo Cliquez-ici

  • 0

Comment les ponts habités pourraient faire leur retour“ titre Metronews, immédiatement suivi par le JDD, tous les deux des modèles d’indépendance de l’information.   Comment les marronniers de la presse annoncent l’été ! leur répond archicool.com….  

 

Faire du foncier hors-sol, est un rêve de toute cité congestionnée, mais qui pour l’heure ne dépasse pas les hypothèses d’école.  L’idée des ponts habités est vieille comme.. le Ponte Vecchio, ou encore le Rialto à Venise (mais qui ne comprennent pas d’habitations.)  Cependant depuis tout ce temps on ne construit plus de logements sur les ponts, comme cela se pratiquait à Paris au moyen âge par des gueux voulant échapper à l’impôt.

 

Entre temps des règlementations incendie ont déterminé… des règles de sécurité.  Notamment l’exigence de rendre au moins une façade accessible aux pompiers. Or dans le cas d’un incendie si un accès via le pont est impossible, les grandes échelles des pompiers ne savent pas encore… nager, et surtout rester stables au dessus de l’eau pour permettre l’accès des soldats du feu. Cela créé donc un risque et rend peu réaliste la généralisation de ce type d’équipements comme solution à la crise du logement à Paris

 

Seuls des équipements de luxe pourraient s’offrir le supplément de surveillance et d’équipements aptes à déroger à la règle commune tout en satisfaisant la sécurité élémentaire des personnes, ce qui ferait perdre beaucoup d’intérêt politique à un tel choix urbain au delà de l’attraction foraine.

 

 

Comment créer de la complexité inutile et ségrégative ?

 

Complexe d’un point de vue

  • 0

La fondation pour l’art contemporain portée par l’industriel Bernard Arnault (Groupe LVMH), et dont l'édifice du bois de Boulogne a été conçu par l’architecte Frank Gehry, ouvrira ses portes le 27 octobre 2014. Elle y présentera une exposition…. sur Frank Gehry et ses travaux préparatoires au bâtiment même de la fondation.

 

En Parallèle, et de façon concomitante, le Centre Georges Pompidou consacrera une rétrospective à l’ensemble de l’oeuvre de l’architecte américano-canadien Frank Gehry.

 

Figure majeure des années 2000, l’architecte Frank Gehry a connu la consécration mondiale en 1997 avec l’édifice, inégalé depuis, de la fondation Guggenheim de Bilbao. Exemple ou une architecture (privée)  pouvait être un moteur urbain et politique à la renaissance d’une ville européenne devenue friche industrielle.

  • 0

Située à proximité de l’hypothétique fondation Luma** (Dont le projet de tour serait signé de l’architecte américain Frank Gehry,)  la conception de l’école de la Photographie d’Arles a été attribuée à l’architecte niçois Marc Barani, né à Menton.

 

Le cabinet du ministre de la culture dans un communiqué explique le choix du projet par le jury le 12 juin 2014  ; “pour ses qualités capables de répondre au mieux aux besoins techniques et pédagogiques de l’Ecole, tout en assurant sa parfaite insertion dans le tissu urbain. L’objectif annoncé est d’inaugurer le bâtiment au printemps 2017 pour un coût d’objectif de 11 millions d’euros H.T cofinancés par l’État et les collectivités territoriales

 

 

 

Le jury a classé les projets suivant cet ordre :

 

Marc Barani (1er)

 

Rudy Ricciotti (2ème) ; 

Francis Soler (3ème) ; 

Corinne Vezzoni et associés (4ème) ; 

Eduardo Souto de Moura (5ème).

 

** Lire à ce sujet la polémique qui avait animée l’été 2008 LIEN

 

Le communiqué de Arles Info LIEN

 

  • 0

Agnès Vince, l’ancienne sous directrice du littoral et des milieux marins au ministère de l’écologie devient Directrice chargée de l’architecture, Direction générale des Patrimoines.

 

Selon le communiqué de presse diffusé le 30 mai 2014 ; “ Agnès VINCE, architecte-urbaniste en chef de l'État, est nommée directrice chargée de l'architecture, adjointe au directeur général des patrimoines du ministère de la Culture et de la Communication, lors du Conseil des ministres du 28 mai 2014.

 

Elle occupait les fonctions de sous-directrice du littoral et des milieux marins au ministère de l'Écologie, du Développement durable et de l'Énergie depuis novembre 2008.

Agnès VINCE succède à Bertrand-Pierre GALEY, qui a exercé cette fonction de décembre 2010 à février 2014, avant d'être nommé inspecteur général des affaires culturelles.“ fin de citation.

 

Sa biographie sur le site Acteurs publics

http://www.acteurspublics.com/biographies/detail/80103

 

Commentaire : Ah bon c’est un panier de crabes l’architecture ?  (C'est vrai c'est un peu facile !)

  • 0

Du premier mai 2015 au 31 octobre 2015 se tiendra l’exposition universelle de Milan (http://www.expo2015.org). 128 pays ont déjà annoncé leur participation dont la France. 

Avec une certaine opacité, la conception du pavillon éphémère  français a été confiée à l’agence parisienne XTU.

 

A la vue des premières images, largement communiquées un peu partout, se pose une question :

Pourquoi se croit-on chez Nature et Découvertes dans les images du futur pavillon français à Milan ?

 

Sans doute pour

  • 0